Vivre sans google : alternative à Gmail

Après avoir chercher une alternative au moteur de recherche, c’est le tour de Gmail. Gmail est le deuxième service avec lequel Google est devenu quasiment inévitable. Bien évidemment les solutions proposées par Microsoft (outlook.fr), Apple, Yahoo, La Poste… ne seront pas étudiées car elles présentent les mêmes défauts que Gmail.

Vivre sans Google et donc sans Gmail semble relever de l’impossible. C’est le cas si l’on ne recherche que des solutions alternatives à Gmail gratuites et sécurisées. Mais pour quelques euros par mois, il est possible de trouver des solutions : objectif moins de 5 euros ! C’est parti.

Cahier des charges

Il faut bien passer par là pour trouver une vraie alternative à Gmail. Google propose un service de courriels, calendrier, contacts et gestion de taches. Il s’agira de trouver l’équivalent dans un seul et même outil.

Deuxième impératif, la taille de la boîte. Nous verrons que c’est souvent le point faible. Je pars donc sur une boîte 15 Go, taille actuelle proposée gratuitement par Google.

Pour finir, la synchronisation : nous voulons accéder à nos emails n’importe où et surtout sur notre téléphone.

Avant d’étudier les solutions alternatives, un chapitre particulier sera dédié au « chiffrement des courriels » qui n’est d’ailleurs par forcement supporté par Gmail.

Comprendre le « chiffrement des courriels »

Sous cette volonté (marketing?) de chiffrer les courriels repose une vraie volonté de protéger les informations contenues dans nos messages. Sur ce point, les services de messagerie sécurisée ne sont pas toujours très clairs. Avant de détailler les solutions, il convient d’identifier ce qui se cache derrière le chiffrement des courriels. Pour cela, nous allons faire le trajet d’un email.

Lorsque nous envoyons un email, nous le saisissons dans une application dédiée (sur ordinateur ou smartphone) ou dans une interface web (comme Gmail par exemple). Cette saisie n’est évidemment pas cryptée. Tout commence lorsque nous cliquons sur « Envoyer ». Le mail commence son voyage sur les réseaux.

  1. Il va passer de notre ordinateur/smartphone au serveur de notre fournisseur de service mail. Pour cela, il va transiter sur différents serveurs, au minimum celui de notre fournisseur d’accès à internet. Durant cette phase, il est important que la connexion soit cryptée. Comme analogie, nous pouvons prendre celle de la carte postale. Lorsque nous le déposons dans une boîte aux lettres, le facteur et tous les intermédiaires peuvent la lire. Si nous rajoutons une enveloppe, la lecture est rendue plus complexe. C’est la même chose avec l’email. Pour cela, la plupart des messageries assurent une connexion sécurisée entre notre ordinateur et le serveur d’envoi de notre service d’email. Il s’agit pour les connexions web de l’utilisation du HTTPS, sécurité identique à celle lors des achats en ligne, ou de protocole sécurisé lors de l’utilisation d’application dédiée.
  2. Lorsque notre courriel arrive sur le serveur de notre fournisseur de messagerie, il est enregistré en clair ou crypté sur le serveur. Les services proposés ne sont pas identiques sur ce point.
  3. Le courriel va continuer sa route sur Internet jusqu’à arriver sur le serveur du fournisseur de messagerie du destinataire du message. Durant ce transit, il est vulnérable sur les serveurs qui ne peuvent créer de connexion sécurisée entre eux. Il s’agit en fait du même problème que celui détaillé au point 1. Si la connexion entre les serveurs n’est pas sécurisée, le courriel circule en clair sur le réseau. Ce point est complexe à évaluer, car il dépend forcément de la capacité du serveur de notre fournisseur à communiquer de manière sécurisée avec le serveur de notre destinataire, serveur que nous n’avons pas choisi.
  4. Le courriel est sur le serveur du fournisseur de messagerie de notre destinataire. Il peut, à l’identique du point 2., être stocké en clair ou crypté. Reste toujours le problème que nous ne choisissons pas le fournisseur du destinataire.
  5. Le mail est récupéré par le destinataire dans une application dédiée ou un service web. Comme décrit au point 1., cette connexion est la plupart du temps sécurisée et pose peu de problèmes.

En résumé

Les connexions entre les serveurs des fournisseurs de messagerie et les utilisateurs sont la plupart du temps cryptées (à condition d’activer les bonnes options…). Reste le problème du stockage des messages sur les serveurs et la phase de transport entre les serveurs qui ne sont pas forcément sécurisés.

Reste la solution ultime, chiffrer directement le message sur votre ordinateur. Il transite et est conservé chiffré sur les serveurs. Seul le destinataire peut le déchiffrer… avec sa clé de déchiffrement. Ce système existe depuis de nombreuses années, il s’agit du système PGP fonctionnant avec des clés publiques et clés privées. Excellent pour la confidentialité, il nécessite cependant que l’émetteur et le destinataire du message aient échangés auparavant la clé permettent de chiffrer et déchiffrer le message. On verra que plusieurs services proposent un système équivalent, mais beaucoup plus intégrer. Reste à savoir si ces complications sont nécessaires pour un usage quotidien.

Les fournisseurs d’emails

Protonmail

Le service suisse est très connu pour la qualité de la sécurisation qu’il propose. On peut créer rapidement une adresse sans formulaire intrusif interminable : adresse email, mot de passe et adresse de récupération facultative sont suffisants. Le service propose ce que l’on peut attendre d’une boîte email classique. L’interface est un peu austère, mais cela reste une question de goût. Il propose une application dédiée pour les smartphones android et iOS.

Il gère bien évidemment les contacts, mais pas de gestion de calendrier.

Sur le plan sécurité : système de double authentification, transmission sécurisée, mails conservés cryptés sur leur serveur, possibilité de transmettre des mails cryptés entre utilisateurs Protonmail mais aussi à destination d’autres utilisateurs (la récupération des messages se fait par un mot de passe contextuel).

On pourrait donc considérer Protonmail comme une excellente alternative calendrier exclu. Reste qu’il est cher. 4 euros par mois (paiement annuel) sans collecteur d’email facilitant le changement et pour seulement 5 GO de stockage. On monte à 11,5 euros mensuels pour l’équivalent de 15 GO comme alternative à Gmail.

À noter que même un compte gratuit permet d’accéder à Proton VPN. Le nombre de serveurs disponible est très restreint par rapport à un compte payant mais c’est un plus certain.

Tutanota

Société allemande, elle propose également un service avancé de sécurisation des courriels. La création est rapide et peu intrusive. À noter que la création d’un compte gratuit nécessite 48 heures d’activation pour éviter le compte dédié au spam. L’interface est un peu plus agréable que celle de Protonmail sans fantaisie excessive. Il gère les contacts, mais pas les calendriers.

Sur le plan sécurité : système de double authentification, transmission sécurisée, mails conservés cryptés sur leur serveur.

Pour passe à un stockage de 10 Go, le tarif monte à 6 euros par mois. Pas une vrai alternative à Gmail pour le volume de donnée donc.

Fastmail

On voyage jusqu’en Australie avec ce service. Créée en 1999, la société propose un service indépendant et payant fournissant email, calendrier et gestion des contacts. À noter que si le site est en anglais, l’interface de gestion est disponible en français.

Ici pas d’argumentaire sur la sécurité. Il s’agit simplement de payer un service sans que celui-ci n’accède à vos mails pour vous vendre une paire de chaussures ou le dernier modèle de barbecue.

Il dispose d’une application Android et iOS. Il intègre un outil de récupération des courriers d’autres fournisseurs (protocole IMAP). Il est capable de récupérer automatiquement les messages sur d’autre messagerie pour la période de transition.

Au niveau sécurité, les connexions sont sécurisées (utilisation du standard STARTTLS possible). Aucune trace de chiffrement des mails sur le serveur. On retrouve la possibilité d’une authentification en deux étapes.

Je trouve Fastmail très intéressant. Cette solution est une vraie alternative à Gmail crédible. Il ne survend pas son système sur des arguments sécuritaires que je trouve excessifs sur certains points. Il propose un service complet (mail, contact, agenda) synchronisable entre différents matériels. L’interface est claire bien qu’un peu austère. Il intègre des outils pour la récupération des données des anciens comptes ainsi que la récupération automatique de données nouvelles garantissant de ne perdre aucune information durant la période de transition entre les comptes.

Concernant le prix, on dispose de l’intégralité des fonctionnalités avec 25 GO de stockage pour 44 euros/an soit un peu plus de 3,5 euros par mois. Un prix raisonnable.

Reste à savoir si l’on a confiance dans un service à l’autre bout de la planète (mais où sont situés les serveurs de Gmail ?).

Runbox

Une messagerie norvégienne soumise donc à un droit particulièrement respectueux de la vie privée. À noter que le service repose sur des datacenters alimentés par de l’énergie renouvelable (hydroélectricité).

Disons-le de suite, l’interface est un peu rustique. Un V7 est en béta sans être pour le moment très convaincante. Ici hors anglais, pas d’espoir.

Sinon, le service garantit la confidentialité des mails sans pour autant les stocker cryptée sur le serveur. Pas d’exploitation dans un but publicitaire. Un système de double authentification disponible, mais pas d’app dédiée pour les smartphones.

Le service est donc peu intéressant sans se distinguer en dehors de l’aspect écologique. D’autant que les prix sont élevés : compter 70 euros par an, presque 6 euros par mois, pour un stockage de 25 GO. Pas un vraie alternative à Gmail pour moi.

Posteo

Une société allemande qui propose un service relativement complet de messagerie, agenda et contact. Posteo fonctionne à 100% avec de l’électricité produite par Greenpeace Energy.

L’interface simple et plutôt sympathique est en français. Par contre, il n’y a pas d’application dédiée sur smartphone. L’utilisation des applications emails classique reste possible.

Le service est très complet et propose la récupération des données des anciens fournisseurs d’emails, agenda et contact ainsi que la synchronisation avec les comptes pour gérer la période de transition entre les adresses.

Au niveau sécurité, pas de publicité ici. L’authentification à deux facteurs est disponible, ainsi que le chiffrement lors des communications avec le serveur. Il offre la possibilité de chiffrer les données sur le serveur. À noter que le chiffrement du calendrier est également disponible.

Premier problème, il n’y a pas de vraie période d’essai gratuite. Il faut simplement d’inscrire en demandant de payer en espèce. Après vous avez 15 jours pour résilier cet abonnement.

Deuxièmes éléments à prendre en compte, le coût total. 1 euros par mois pour les services avec 2 GO de boîte mail, deux alias de messagerie et trois calendriers. Pour monter à 15 GO comme Gmail, la facture s’alourdit de 3.25 euros auquel il faut rajouter 10 centimes pour un alias supplémentaire ou un calendrier supplémentaire. Au minimum pour une alternative à Gmail , comptez un coût mensuel de 4,5 euros.

Les solutions autohébergées

Les solutions détaillées ci-dessus sont intéressantes, car elles fournissent un service clé en main. Il existe cependant une autre possibilité : autohéberger son service d’email. Nous sommes certainement au delà des services proposer par Google mais nous allons voir que pour peu d’investissement mensuel, il peut y avoir de vraies alternatives à Gmail.

Il faut dans ce cas distinguer deux solutions :

  • Autohébergement complet : vous louez un serveur ou installez un serveur chez vous, vous installez tous les systèmes nécessaires à son fonctionnement (serveur IMAP, POP, SMTP, NTP, DNS, etc.), vous redirigez votre nom de domaine pour qu’il utilise ce serveur… Bref, c’est une solution très lourde et qui sort du cadre de cet article.
  • Autohébergement « assisté » : il s’agit là de s’appuyer sur un hébergeur de site qui vous fournira l’ensemble du système d’email clé en main avec votre nom de domaine. L’avantage est qu’il n’y a pas besoin de mettre les mains dans les lignes de codes, tout est fait automatiquement. L’énorme avantage est qu’il s’agit de votre serveur donc vous maîtrisez complètement les données présentes dessus. C’est cette solution que j’ai étudiée.

Prérequis : un nom de domaine 

Il y a un prérequis à cette fonctionnalité : posséder un nom de domaine. Il peut être avec n’importe quelle extension (.fr, .com, .net, etc.). Idéalement il correspondra à votre nom de famille, mais cela reste totalement à votre choix. J’ai personnellement enregistré plusieurs noms de domaine, mais celui que j’utilise pour mes emails est en .net. Souvent, une adresse email est offerte à l’enregistrement du nom de domaine. Compter entre 5 et 10 euros par an pour l’achat d’un nom de domaine.

Fonctionnalités

Vous avez donc un nom de domaine reste à cocher les cases de notre cahier des charges pour remplacer Gmail. C’est souvent là que les difficultés commencent. La plupart du temps les services proposent l’utilisation de solutions open source comme Roundcube, Sogo ou Zimbra dans des versions pas toujours complètes au niveau fonctionnalités. En tous cas, me concernant, je ne suis pas certains du tout que ces système se positionnent en alternative à Gmail.

Identifier l’ensemble des solutions proposées est impossible, chaque hébergeur proposant sa solution. Je suis resté sur l’analyse des hébergeurs les plus connus en France et en Suisse. Avoir un site qui parle français reste un atout.

La plupart des solutions basiques qui coûtent peu cher (quelques euros par mois) reposent donc sur ces solutions open source. Au-delà de ces solutions basiques, 1&1 et OVH proposent des solutions plus évoluées qui reposent sur des solutions robustes comme Microsoft Exchange. Autant dire que le prix est à l’image du service et qu’il ne rentre pas dans un budget raisonnable pour remplacer Gmail. Gandi lui propose l’utilisation de Sogo pour l’ensemble de ses solutions courriel. Je n’ai pu tester aucune de ces solutions puisqu’elles nécessitent de déposer un nom de domaine pour y accéder.

En cherchant, il y a maintenant un an, une alternative à Gmail avec auto hébergement, j’ai fini par tomber sur la solution proposée par Infomaniak, hébergeur suisse plutôt bien côté. Celui-ci propose une solution email, calendrier, taches, contacts et favoris maison : Workspace. Cette solution réunit en une seule interface l’ensemble des fonctionnalités que l’on trouve dans Gmail et se positionne comme vraie alternative au service de Google. L’interface est plutôt agréable, l’ensemble est synchronisable avec tous les smartphones existants (une app dédiée existe sur Android pour la synchronisation), un outil importe automatiquement vos emails de votre compte Gmail.

Il reste un élément sur le chiffrement des courriels lors du transfert. Aucun des hébergeurs testés ne propose la fonctionnalité, comme Gmail d’ailleurs.

Tarifs

Les prix sont souvent très élevés. En effet, vous payez souvent l’abonnement pour un compte email avec un espace de stockage souvent limité. Si les prix d’appel sont attractifs, dès fois moins de 1 euro par mois, ils montent rapidement si vous ajouter des adresses où de l’espace disque.

À titre d’exemple, voici ce que proposent les principaux hébergeurs mi-mai 2019.

Offre Nb boites Taille en Go Prix/mois
Gandi standard 2 3 0,42
Gandi Premium 2 50 2,10
OVH Email Pro 1 10 1,19
OVH Hosted Exchange 1 50 5,99
1&1 email basic 25 2 2,40
1&1 email pro 1 50 6
Infomaniak Hébergement Mail 5 Illimité 1,5

On le voit. Infomaniak reste également celui qui propose le meilleur rapport qualité-prix. De plus, en prenant un hébergement mail et site internet couplé, le nombre d’adresses email passe à 25 boites pour un prix annuel de 20 euros soit 1,7 euro /mois. Imbattable à mon sens en considérant qu’il est adossé à un système comme Workspace plutôt très performant.

Conclusion

Il n’y a pas de réponse idéale et gratuite pour trouver une alternative à Gmail. De plus, nombre de fournisseurs rajoutent des fonctionnalités liées à la sécurisation qui complexifient la compréhension du service que l’on achète.

Avez-vous réellement besoin d’une adresse email cryptée et avec des échanges cryptée pour votre courrier quotidien ?

Si oui, il va falloir passer à la caisse. Le match se joue pour moi entre Protonmail et Tutanota. Je mettrai Protonmail en premier pour l’ensemble des fonctionnalités qu’il propose. Si par contre, le plus important pour vous est le volume de stockage, Tutanota est une alternative probablement meilleur marché.

Si non, le choix s’élargit. Si vous souhaitez un service tout prêt, Posteo et Fastmail semblent les solutions idéales et se positionnent comme de vraies alternatives à Gmail. Les prix des deux solutions tournent autour de 3 à 5 euros par mois. Les fonctionnalités sont au rendez-vous. Un petit bonus pour Postéo, société allemande donc soumise à la RGPD européenne.

Vous pouvez également vous lancer dans l’achat d’un nom de domaine personnalisé et faire héberger votre site. Sans conteste, Infomaniak gagne le match. Il affiche des tarifs pour ses solutions d’emails très performants. L’utilisation de son outil Workspace (qui évolue régulièrement) correspond parfaitement à l’usage que l’on fait de Gmail : une vraie alternative. Les prix des noms de domaines sont très compétitifs si l’on oublie les prix d’appels pratiqués par certains juste la première année. Cerise sur le gâteau, hébergé en Suisse, il bénéficie d’une législation sur la protection de données très rigoureuse.

Au final, mon choix s’est porté sur une double solution. Infomaniak pour mes mails « standards » qui ne nécessitent pas d’être chiffrés lors du transfert et Protonmail en compte gratuit pour le moment pour des échanges plus discrets. Au final, une facture totale pour toute ma petite famille (10 boites au total) avec un nom de domaine en .net : 5,30/mois soit 0,53 euros par boîte et par mois. C’est la solution que j’utilise depuis un an et j’en suis parfaitement satisfait.

Vivre sans Gmail : CHECK !


Ce site est hébergé chez Infomaniak (mentions légales). Les avis portés dans cet article l’ont été librement et sans aucune contre partie de la part d’Infomaniak.

Laisser un commentaire

vel, elit. ut sed Phasellus quis, nec efficitur. vulputate,