Coqueluche : petite piqûre de rappel…de vaccin

C’est une vieille amie qui vient de se rappeler à mon bon souvenir.  Elle, c’est Bordetella pertussis, une bactérie qui a tout du poil à gratter, car responsable de la coqueluche. La coqueluche, maladie enfantine, se caractérise par une toux sèche, bruyante, ressemblante au chant du coq (d’où le nom, comme quoi la science des fois…enfin passons !) Bref maladie de l’enfant contre laquelle nous sommes protégés par un vaccin développé dans les années 1940 aux États-Unis puis introduit en France en 1959 dans une présentation isolée puis rapidement combinée au vaccin Diphtérie Tétanos Polio en 1966 : le « Tetracoq ». Actuellement, nos chers bambins reçoivent même le Pentacoq dans lequel a été rajouté la protection contre Haemophilus influenzae. Bref, tout allait pour le mieux. Sauf….

Sauf que ces dernières années, une recrudescence des cas de coqueluche notamment dans la population des jeunes adultes a été constatée par les autorités sanitaires. Et effectivement, je viens de recevoir trois patients sur les deux dernières semaines qui ont présenté des signes typiques de la coqueluche avec des examens biologiques totalement compatibles (je dis compatible, car la découverte certaine de la maladie reste compliquée malgré certains progrès ces dernières années) Donc, Messieurs X et Y, ainsi que Madame Z ont été touchés par la coqueluche. Pas d’inquiétude, ils vont tous bien sauf que cela fait bientôt 15 jours qu’ils crachent leurs poumons toutes les nuits, mais la situation va en s’améliorant.

Tous ont entre 25 et 35 ans, ils ont été vaccinés durant leur enfance et ont reçu une dernière injection de vaccin coquelucheux en milieu d’adolescence. Leur cas semble confirmer les études détectant des cas chez ces adultes jeunes, souvent parents, vaccinés dans l’enfance. Ainsi, ils ont tous eu droit à un petit traitement antibiotique, les personnes à leur contact ont bénéficié d’une consultation pour vérifier leur vaccination.

En pratique, cette maladie peut être fortement gênante pour l’adulte (les cas graves sont rares), mais peut entraîner des complications graves chez les enfants à fortiori les bébés non encore vaccinés. En accord avec les directives du Haut Conseil de la Santé Publique, la revaccination est conseillée pour les adultes jeunes à fortiori si ceux-ci sont jeunes parents, et cela, afin de protéger les enfants. Les professionnels de santé ainsi que ceux de la petite enfance doivent également être vaccinés.

Une petite vérification des vaccinations lors de votre prochaine consultation avec votre médecin traitant ne fera pas de mal….

Laisser un commentaire

Lorem Phasellus elementum eget elit. mi, sit lectus facilisis velit, nec dolor.